LES EXPERTS RETRAITE

Réponse de Isabelle
Isabelle

Isabelle

Niveau
0
Score
0
Equipe

Bonjour Jocelyne,

Le rachat de trimestres est possible, sous certaines conditions, pour le salarié du secteur privé n'ayant pas cotisé suffisamment et souhaitant augmenter le nombre de trimestres d'assurance validés pour la retraite. Depuis la dernière réforme de novembre 2010, il est possible d’effectuer des versements pour la retraite entre 20 ans et 67 ans à condition de ne pas avoir fait liquider sa retraite.

Le rachat de trimestre doit intervenir avant votre départ en retraite, il est ouvert à toute personne ayant plus de 20 ans et plafonné à 12 trimestres au total.
Vous pouvez envisager le rachat soit au titre des années d'études supérieures (diplôme obtenu), soit au titre d'années incomplètes (cotisations de moins de 4 trimestres avec affiliation au régime général).

Il faut savoir, que le rachat des années d'études supérieures est par ailleurs ouvert dans la plupart des régimes complémentaires de retraite comme ceux de l'Agirc Arrco. Il est possible de racheter jusqu’à 70 points par année d’études supérieures, dans la limite de trois ans, dans chacun des régimes Arrco et Agirc, sous conditions. Au préalable, ce rachat doit avoir été effectué auprès du régime de base.
La demande de rachat doit être présentée avant l’âge du taux plein.Le coût dépend du nombre de points rachetés, de la valeur du point Arrco ou Agirc et de l’âge du bénéficiaire au moment du rachat.

Le coût d'un trimestre allant de 2 850 € à 6 222 € selon l'âge, votre situation personnelle auquel intervient le rachat et selon l’option choisie (taux seul, ou taux et durée d’assurance), il s'agit d'une dépense importante qui ne se justifie que si elle procure un gain de retraite vraiment significatif.
Vous pouvez obtenir une étude personnalisée de rachat en contactant vos organismes de retraite.
Pour le régime général, vous avez la possibilité d'effectuer une estimation du montant à verser sur le site de la Caisse nationale de l'assurance vieillesse (Cnav) http://goo.gl/UnUwi.

Concernant votre départ à la retraite, vous êtes née en 1959, compte tenu de la réforme 2010 et selon la réglementation actuelle, vous pourriez prétendre à un départ à l'âge de 62 ans.

Le nombre de trimestres requis pour un départ à taux plein n'est pas encore déterminé.
Chaque génération née à compter du 1er janvier 1956 connaîtra par décret la durée d'assurance qui lui sera applicable pour l'obtention du taux plein avant le 31 décembre de l'année de son 56ème anniversaire.

Vos enfants sont bien pris en considération.

Pour le régime général, il existe différents types de majoration pour les assurés ayant élevé au moins un enfant :

• La première est la majoration maternité. Quatre trimestres par enfant sont accordés aux femmes au titre de la grossesse et l'accouchement.

• La deuxième est la majoration éducation ou adoption. Depuis 2010 existe une majoration de quatre trimestres au titre de l'éducation des enfants. Contrairement aux trimestres accordés au titre de la maternité, cette majoration ne bénéficie pas forcément exclusivement à la mère. Elle est attribuée ou partagée avec le père. La décision doit intervenir avant le 4ème anniversaire de l'enfant.

Pour la retraite complémentaire, les organismes prévoient l'attribution de points sans contrepartie de cotisations à partir de 3 enfants élevés et sous certaines conditions car le mode de calcul est propre à chaque régime.

En ce qui concerne votre activité à l'étranger, vos droits sont différents en fonction de votre situation.

• Si vous êtes détaché de façon temporaire (maximum 24 mois dans les pays de l’Union Européenne et en général de 6 ans dans les autres pays) par votre entreprise qui a son siège social en France, elle continue de cotiser auprès des régimes de base et complémentaire.
Vous n’avez aucune démarche particulière à accomplir : vos relevés de carrière sont alimentés chaque année et vos trimestres et points sont validés.

• Si vous avez trouvé un emploi dans un pays étranger, vous ne relevez plus de la protection sociale française. Vous relevez de la législation sociale de votre pays de résidence. Vous pouvez, également, adhérer à l’assurance volontaire par l’intermédiaire de la Caisse des Français de l’étranger (CFE).

Vous pouvez, dans les deux derniers cas et sous certaines conditions, racheter des cotisations.

Bonne journée,
Isabelle, Expert retraite
Espace Client TOUTM : Consultez votre relevé de points en ligne http://goo.gl/VbPog

Commentaires

Réponse de Isabelle
Isabelle

Isabelle

Niveau
0
Score
0
Equipe

Bonjour Jocelyne,

Le rachat de trimestres est possible, sous certaines conditions, pour le salarié du secteur privé n'ayant pas cotisé suffisamment et souhaitant augmenter le nombre de trimestres d'assurance validés pour la retraite. Depuis la dernière réforme de novembre 2010, il est possible d’effectuer des versements pour la retraite entre 20 ans et 67 ans à condition de ne pas avoir fait liquider sa retraite.

Le rachat de trimestre doit intervenir avant votre départ en retraite, il est ouvert à toute personne ayant plus de 20 ans et plafonné à 12 trimestres au total.
Vous pouvez envisager le rachat soit au titre des années d'études supérieures (diplôme obtenu), soit au titre d'années incomplètes (cotisations de moins de 4 trimestres avec affiliation au régime général).

Il faut savoir, que le rachat des années d'études supérieures est par ailleurs ouvert dans la plupart des régimes complémentaires de retraite comme ceux de l'Agirc Arrco. Il est possible de racheter jusqu’à 70 points par année d’études supérieures, dans la limite de trois ans, dans chacun des régimes Arrco et Agirc, sous conditions. Au préalable, ce rachat doit avoir été effectué auprès du régime de base.
La demande de rachat doit être présentée avant l’âge du taux plein.Le coût dépend du nombre de points rachetés, de la valeur du point Arrco ou Agirc et de l’âge du bénéficiaire au moment du rachat.

Le coût d'un trimestre allant de 2 850 € à 6 222 € selon l'âge, votre situation personnelle auquel intervient le rachat et selon l’option choisie (taux seul, ou taux et durée d’assurance), il s'agit d'une dépense importante qui ne se justifie que si elle procure un gain de retraite vraiment significatif.
Vous pouvez obtenir une étude personnalisée de rachat en contactant vos organismes de retraite.
Pour le régime général, vous avez la possibilité d'effectuer une estimation du montant à verser sur le site de la Caisse nationale de l'assurance vieillesse (Cnav) http://goo.gl/UnUwi.

Concernant votre départ à la retraite, vous êtes née en 1959, compte tenu de la réforme 2010 et selon la réglementation actuelle, vous pourriez prétendre à un départ à l'âge de 62 ans.

Le nombre de trimestres requis pour un départ à taux plein n'est pas encore déterminé.
Chaque génération née à compter du 1er janvier 1956 connaîtra par décret la durée d'assurance qui lui sera applicable pour l'obtention du taux plein avant le 31 décembre de l'année de son 56ème anniversaire.

Vos enfants sont bien pris en considération.

Pour le régime général, il existe différents types de majoration pour les assurés ayant élevé au moins un enfant :

• La première est la majoration maternité. Quatre trimestres par enfant sont accordés aux femmes au titre de la grossesse et l'accouchement.

• La deuxième est la majoration éducation ou adoption. Depuis 2010 existe une majoration de quatre trimestres au titre de l'éducation des enfants. Contrairement aux trimestres accordés au titre de la maternité, cette majoration ne bénéficie pas forcément exclusivement à la mère. Elle est attribuée ou partagée avec le père. La décision doit intervenir avant le 4ème anniversaire de l'enfant.

Pour la retraite complémentaire, les organismes prévoient l'attribution de points sans contrepartie de cotisations à partir de 3 enfants élevés et sous certaines conditions car le mode de calcul est propre à chaque régime.

En ce qui concerne votre activité à l'étranger, vos droits sont différents en fonction de votre situation.

• Si vous êtes détaché de façon temporaire (maximum 24 mois dans les pays de l’Union Européenne et en général de 6 ans dans les autres pays) par votre entreprise qui a son siège social en France, elle continue de cotiser auprès des régimes de base et complémentaire.
Vous n’avez aucune démarche particulière à accomplir : vos relevés de carrière sont alimentés chaque année et vos trimestres et points sont validés.

• Si vous avez trouvé un emploi dans un pays étranger, vous ne relevez plus de la protection sociale française. Vous relevez de la législation sociale de votre pays de résidence. Vous pouvez, également, adhérer à l’assurance volontaire par l’intermédiaire de la Caisse des Français de l’étranger (CFE).

Vous pouvez, dans les deux derniers cas et sous certaines conditions, racheter des cotisations.

Bonne journée,
Isabelle, Expert retraite
Espace Client TOUTM : Consultez votre relevé de points en ligne http://goo.gl/VbPog

Vous vous interrogez sur la retraite ?

Notre équipe d’Experts Retraite vous apporte
une réponse personnalisée.

Nos dernières vidéos