Bienvenue sur la communauté des Experts Retraite

La communauté des Experts Retraite

La référence pour toutes vos questions retraite

Plus de 67000 questions posées. Réponse gratuite sous 72h.

Question en attente de réponse

Carrière longue et Rupture conventionnelle collective

Bonjour,
Née le 1er juin 1962, je peux bénéficier de ma carrière longue au 1er avril 2023. Au 31/12/2020, je totalisais 159 trimestres dont 5 validés avant 20 ans. Mon nombre de trimestres requis pour le taux plein et de 168. Mon employeur propose une Rupture Conventionnelle Collective. J'ai compris (ou pas) que les 4 trimestres correspondant aux 12 premiers mois du congé mobilité n'étaient pas pris en compte (seulement assimilés?). On m'indique que je n'ai pas d'autre choix que de partir en congé mobilité au plus tard le 1er mars 2022 pour que les 12 premiers mois du congé mobilité soient à cheval sur 2 années différentes et me permettent de cotiser mon dernier trimestre en mars 2023. J'ai lu que l'année de la retraite, ce n'était pas le montant cotisé mais la durée qui était prise en compte. Le seul mois cotisé en mars 2023 me permettrait-il de valider un trimestre complet ? Suis-je obligée de partir dans le cadre de la carrière longue ou puis-je partir à mon taux plein normal de 62 ans ?

  • Imprimer
  • Partager

Réponses

Bonjour Régine,

Née en juin 1962, vous pourriez effectivement partir à la retraite anticipée pour carrière longue avant 62 ans, à condition de réunir au moins 5 trimestres à la fin de l'année de vos 20 ans et 168 trimestres dans toute votre carrière.

A noter que dans les 168 trimestres nécessaires pour obtenir une retraite pour carrière longue, le régime général de la Sécurité sociale ne tient compte au maximum que de 4 trimestres assimilés pour le chômage.

Durant le congé de mobilité, vous percevrez une allocation de votre employeur qui n'est pas soumise aux cotisations sociales, notamment de retraite. Néanmoins les 9 premiers mois du congé suivant le préavis vous permettent d'acquérir des trimestres assimilés au régime général de la Sécurité sociale, à raison d'un trimestre pour 50 jours d'allocation, bien sûr dans la limite de 4 trimestres par an.

A l'issue du congé de mobilité, le contrat de travail est rompu et le salarié peut percevoir une allocation chômage de Pôle Emploi qui lui permet également d'acquérir des droits à retraite.

En adhérant au congé de mobilité à effet du 1.3.2022, vous pourrez acquérir des trimestres cotisés jusqu'à cette date (entre 1 et 4 selon votre salaire). A titre indicatif, en 2021 un salaire brut soumis à cotisation de 1 537,50 € permet d'acquérir un trimestre cotisé.

Cela pourrait ne pas compromettre votre éligibilité à la retraite pour carrière longue au 1.4.2023, en complétant vos trimestres cotisés par les trimestres assimilés du fait du congé de mobilité.

Ceci étant, seule l'Assurance retraite est habilitée à déterminer l'âge de votre retraite à taux plein. C'est pourquoi je vous invite à la contacter au 3960 (service gratuit + prix appel) ou sur http://www.lassuranceretraite.fr

Enfin, même si vous remplissez les conditions de la retraite pour carrière longue, vous pouvez choisir de différer votre départ à la retraite à 62 ans en étant indemnisée par Pôle Emploi jusqu'à cet âge. Une telle solution permettrait d'acquérir davantage de droits à retraite complémentaire et d'éviter le coefficient de solidarité (minoration de 10% pendant 3 ans) sur votre retraite Agirc-Arrco.

Bonne journée,

Thuy, Expert Retraite

x

Formulaire Étape 2/2

Merci, votre question a bien été transmise aux Experts Retraite !
Vous serez notifié(e) par email dès qu’un expert aura répondu à votre question.
🎉